Toi le banquier suisse, ou plutôt le couteau-suisse de l’encadrement des benjamins...

Nous voulions remercier une personne, en l’occurrence Cyril, qui pour des raisons professionnelles, quitte la barque catalane pour retrouver le Phocea amarré à Marseille.

Entraînant dans son mistral William, notre Petit Serin du Sud-Ouest.


Toi le banquier suisse, ou plutôt le couteau-suisse de l’encadrement des benjamins ;

Tantôt papelard, messager (SMS, MMS, MSC, M&M’s) ;

Tantôt porteur d’eau (attention à Marseille, l’eau est jaune).

Maître du temps ou bien soigneur, avec ta trousse de toilette tu accourais auprès des joueurs pour les soigner.


Le dimanche soir, tes billets étaient appréciés des cow-boys et des indiens.

En référence aux citations d’Eric et Jean-Pierre Rives, tu nous parlais des effets WAOUH !

WOW !, de yin et de yang ou d’horloge.


Encore merci Cyril, et petit prince William.


Et si tu veux retenir un petit conseil Cyril du rugby catalan et du rugby en général pour avoir rencontré Marseille au tournoi d’Elne ; il n’est pas nécessaire d’avoir le géant Phocea pour traverser les lignes, une simple barque catalane avec les copains abord suffit.


Côté souvenir, tu pourras toujours aller à la plage des catalans admirer au loin notre Dame de la Garde (Suisse), regarder un vieux drapeau de Provence accroché sur un pieux, en sirotant un mojito ou un muscat sur les galets de notre méditerranée, en contemplant le coucher de cette sphère sang et or qui s’endort juste derrière le Canigou, et dire  « Waouh c’est beau ! »


Arnaud




ce site a été créé sur www.quomodo.com